23
jun
2011

NIFFF | 11e édition

Le Neuchâtel International Fantastic Film Festival revient en force (du 1er au 9 juillet) avec une programmation vertigineuse et au sein de laquelle frétillent quelques pépites 100% approuvées LUFF !

Programme NIFFF 2011

C’en est presque à perdre la tête, mais voici quelques-uns des titres à ne pas manquer… ça fait un peu liste de commission, mais après tout, n’est-ce pas là le meilleur moyen de vous les présenter ? Il y a l’alléchant « Hobo with a Shotgun », le premier long de Jason Eisener (auteur du court « Treevenge », LUFF 2009) avec un Rutger Hauer en clochard exterminateur et grand favori du dernier Boston Underground Film Festival. « Karate-Robo Zaborgar » un toku déglingué en provenance de chez les fous de Sushi Typhoon (les mecs à l’origine de douceurs comme « RoboGeisha » ou « Mutant Girls Squad »). Le brutal et tétanisant « I Saw the Devil » de Jee-woon Kim qui fit frémir la censure sud-coréenne. Dans un style beaucoup plus léger, mais ô combien attachant, le japonais « Underwater Love », une étonnante comédie musicale éritoco fantastique complètement décalée et tendre à la fois. Et il y a le pire, cette sélection nommée « Just a Film », allusion probable à la mythique accroche de « La dernière maison sur la gauche » (« To avoid fainting, keep repeating "It's only a movie...It's only a movie...»), et qui contient quelques perles vénéneuses et gorissimes à faire vaciller tous les amateurs de subversions filmiques dont les fondateurs « Blood Feast » et « 2000 Maniacs » de H.G. Lewis – et en présence du maître s’il vous plaît - mais aussi les cultes « At Midnight I’ll Take Your Soul » de José Mojica Marins, « Alucarda » de Moctezuma (l’un de plus beau morceau de bravoure celluloïdale jamais produit – mais cela n’engage que l’auteur de ces lignes), le frappé « Hausu » d’Obayashi, œuvre totalement survoltée certainement à l’origine de l’inspiration du « Evil Dead » de Sam Raimi - d’ailleurs projeté dans le cadre de cette sélection – «The Driller Killer », second (et meilleur ?) film de Ferrara exploitant une esthétique de porno de la 42e rue, « L’Au-delà » de Lucio Fulci, le « Maniac » de William Lustig, et d’autres encore.
Bref, du lourd, avec des classiques du genre, des chefs-d'œuvre et quelques raretés qu’il serait dommage de louper.
Impossible de passer en revue la sélection de ce cru 2011 tant il déborde de partout. Pour les détails, rendez-vous sur www.nifff.ch

Invitation pour les membres du LAFF

De plus, le NIFFF offre des places de ciné aux membres du LAFF.  Envoyez-nous un email à laff(at)luff(dot)ch pour en bénéficier.