17
oct
2011

Le LUFF s'offre un drag queen show!

La 10e édition du Lausanne Underground Film & Music Festival s’ouvre mardi soir avec un drag queen show emmené par Peaches Christ. Une performance qui sera suivie par la projection de «All About Evil», premier film de Peaches Christ, alias Joshua Grannell. A noter que ceux qui viendront déguisés comme il se doit pourront assister à l’événement gratuitement!

Après une soirée exceptionnelle samedi aux Docks, où Diamanda Galás a fait honneur à sa réputation à l’occasion des 10 ans du festival, le LUFF entre dans le vif du sujet ce mardi et ouvre officiellement sa 10e édition au moyen de froufrous et paillettes. Peaches Christ, la drag queen vedette des messes de minuit dédiées au cinéma bis à San Francisco, débarque avec ses copines venues de Frisco et de Londres pour proposer un amuse-bouche haut en couleurs: un drag queen show qui promet de lancer en beauté le LUFF 2011! Cette performance sera suivie par la projection de «All About Evil», première production de Peaches Christ (alias Joshua Grannell), véritable hommage au cinéma d’horreur. Comme le LUFF pense à ses festivaliers, il a décidé d’offrir l’entrée à ceux qui désirent donner de la couleur à la Cinémathèque suisse en s’affublant de leurs plus beaux atours de drag queen, de costumes à la Frankenstein et autres personnages de films d’horreur.

Le LUFF et son affiche 2011

Après l’équipe de management diabolique emmenée par Mister Greed et présentée l’an passé, le LUFF continue sa réflexion sur les modes d’affichage et profite de la promotion dans les rues des villes de la région pour remettre au goût du jour le concept «Search & Destroy», terme militaire issu de la guerre du Vietnam et récupéré par le mouvement punk dans les années 70 (les Stooges en ont fait le titre d’une de leur chanson). Devenu un symbole anarchiste, le terme rappelle également le fanzine punk rock du même nom lancé en 1977 par V.Vale, invité cette année au festival. Le magazine, aujourd’hui renommé RE/search, est qualifié de «bombe H punk rock», tant son émergence a permis à la contre-culture de disposer d’un porte-voix. Comme vous pouvez le voir sur les photos ci-dessus, les affiches du LUFF sont «évolutives», autrement dit elles sont amenées à être maltraitées, déchirées ou découpées.

Télécharger la suite du communiqué

Télécharger le catalogue complet 

Télécharger des photos